Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 08:30

Un petit poème fait l'autre jour, en totalement improvisation. Partie d'un délire avec une amie.

 

[POEME] Les oiseaux messagers

(Dessin Angel Sanctuary de Kaori Yuki)

 

 

 

Les oiseaux messagers.

 -------------------------------------------------------------

Même si je navigue au-delà des sept mers,

Et que je suis vers des contrées lointaines

Comme les oiseaux messagers,

porteur de messages par centaines.

 

Mes pensées iront toujours vers toi,

Et leurs messages seront :

 

Comme l'eau manque au désert,

Comme la brise manque à la mer,

Comme par une nuit sans étoiles

Les ombres grignotent la vie,

 

Mes pensée iront toujours vers toi,

Au-delà des mers,

Au-delà des villes,

Au-delà du ciel.

 

Car comme le soleil,

Je reviendrai,

Je dissiperai les ombres,

Je chasserai ta peine

 

Pour n'être qu'avec toi.

Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:30

Un vieux poème que j'ai dû resortir dernièrement pour les Challenges LEA. Il date de 2007, c'était pour le Concours de poèsie sur l'Enfance. Resortie cette année pour le thème Enfance.

 

[POEME] Madeleine de Proust

(Dessin Angel Sanctuary de Kaori Yuki)

 

Madeleine de Proust

 -------------------------------------------------------------

Je me souviens de ces vertes prairies,

Où nous attrapions des papillons.

Je me souviens d’être un pirate,

Prêt à aborder des vaisseaux Saxons.

 

Je me souviens de nos parties de pêche,

Où nous rions à la découverte de nos prises.

Je me souviens d’être revenu,

Le pantalon décousu et le fessier rempli

De boutons d’orties.

 

Je me souviens de nos jours d’école,

Avec nos tabliers pleins de craie,

Et de l’encre de Chine sur les mains.

 

Je me souviens de nos Jeudis,

A les copains que c’était bien.

Et comme la Madeleine de Proust,

Ces souvenirs me reviennent.

 

Quand du haut de ces 8 ans,

Mon fils sort de l’école,

Avec un sourire aux lèvres,

Prêt à conquérir le monde.

 

N’oublie pas mon fils, ton enfance,

Ne deviens pas comme moi,

Un homme terne et ennuyeux,

Pris trop vite dans la vie d’adulte.

Repost 0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 08:30

[POEME] Echec et Mat

 

Echec et Mat
 -------------------------------------------------------------
 "Echec et Mat"

 La partie commence...
 Le Roi Noir est un séducteur, coureur de jupons.
 Il veut faire tomber la Reine Blanche dans ses griffes.
 Pour cela il va utiliser toutes les stratégies possibles.

 D'abord, il commence à bouger ses pions.
 Sourire enjôleur et compliments.
 La Reine sourit de l'attrait du Souverain pour son jeu.
 Guettant une réaction, Le Roi bouge son cavalier.

 La Dame sourit encore.
 Le piège se referme.
 Car la Reine Blanche arbore plusieurs masques.
 Celui qu'elle maîtrise très bien et la fragilité de ses bases.
 En ancienne Princesse,
 Elle accepte la partie
 Rentre dans le jeu de sa Majesté.

 Le Roi croyant que son piège fonctionne.
 Avance toute sa cour.
 Misant sur la dénégation pour que sa suite
 Se méfie de la Dame.

 Elle est acculée dos au mur.
 Et il prononce : Echec.
 La Reine sourit encore une fois.
 Et prend enfin plaisir à jouer.

 Elle déplace son fou.
 La folie est un moyen très déstabilisateur.
 Puis bouge deux de ses cavaliers.
 Pour soutenir ses bases que l'ennemi croit si fragiles.

 Et le piège se referme.
 Mais sur qui ?
 Le Roi croit qu'il est en train de gagner la partie
 Et joue sur tous les fronts à la fois. Fatale erreur !

 La Reine sourit de plaisir encore une fois
 Bouge son dernier pion qui était fort loin.
 Et la partie devient très pesante.
 Avec cette forte chaleur.

 Le Roi Noir glousse et jubile, croyant qu'il a gagné.
 Oubliant sa maturité et son rôle de Monarque.
 Et la Reine Blanche sourit et dit :
 "Echec et Mat"

 "La partie est finie...
 L'art des échecs demande une mémoire eidétique.
 Et une prédisposition à la stratégie comme toute guerre.
 Et on recommence, on remet les pions sur le damier. "

 "Veux-tu jouer avec moi ? J'adore jouer ..."

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 09:30

[POEME] On dit que les Anges ne sont pas Cardiognosis

 

A la base s'était pour une collab qui est tombée à l'eau, du coup je vous sors mon poème...

 

 

On dit que les Anges ne sont pas Cardiognosis.
-------------------------------------------------------------
Regarde-moi, mon Amour ?
Ne pars pas,
Ne pars pas au combat pour mon Dieu.
Je t'en supplie, je ne veux pas de ces adieux.

Je t'aime trop,
On dit que les anges ont l'ignorance du coeur
C'est Faux ! Mon cœur saigne,
Rien que d'imaginer la douleur de te perdre.

Je te retiendrai,
Quitte à être une bannie,
A me déchirer les ailes,
Et en damner mon âme.

Mon bien aimé reste près de moi
Nous serons Eternels !
Même si je dois affronter
La colère du Seigneur.

Reste une dernière fois,
Sentir mon cœur contre toi.
Qui ne bat rien que pour toi.
Je t'implore, pars pas au combat.

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 23:10

[POEME] Bad Day

 

Bad Day
-------------------------------------------------------------
Méfie-toi de ceux qui portent le sceau des maudits,
Car je crache mon venin sur la vermine,
Je hurle ma haine sur la pourriture,
Et ma rage sur la corruption.

Ton flingue sur ma tempe me fait doucement sourire,
Car je suis déjà morte une fois.
Pleure, Pleure...
Pense à ta propre mort piètre mortel.
Ce soir tu passes de vie à trépas.

Car crois-moi ma vengeance sera terrible.
Le sang dans mes veines,
Aspire à la haine.
Criant la peine de mon âme,
D'appartenir au clan des maudits.

Car en ce Bad Day,
J'ai ordonné de mettre un terme,
A cette putain de Malédiction.
Châtiment, Rancœur, Désolation...
Le Fauve s'est affranchi.
... En ce Bad Day.

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 09:44

 

 

Comme le dis si bien Tryo...
--------------------------------------------------------
A quoi bon se reconstruire,
Quand on est adepte du pire.
L'amour, la haine.
A t'on connu que cette rengaine.

La destruction fut notre naissance,
Pour nous enfoncer dans notre déchéance.
Elle était là,
À chacun de nos pas.

Nous mutilant, nous crucifiant,
Et au moment le plus offusquant.
Il a fallu un seul mot de ta bouche,
Accompagné de ton geste lâche.

Me projetant en arrière,
Avec ce goût amer.
Tout m'est revenu en pleine face,
Mon passé, mon présent et ma fausse cuirasse.

Une foule autour de moi danse et ne s'arrête jamais,
Et moi, au milieu, je serre mes poings,
Mes dents et les larmes de mes yeux embrumés,
Laissent grandir ma haine par besoin.

Comme le dit si bien Tryo...
Il y a des salauds...
Je n'aurai jamais cru que tu aurais aussi ce visage là.

Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 11:58

[POEME] Cette nuit sera la bonne...

 

Cette nuit sera la bonne...
------------------------------------------------------
Les nuits Parisiennes ne sont pas si sereines,
Tel un animal, tu me regardes avec ton sourire enjôleur,
Tu supplies que cette nuit, je serais ta Reine.

De tes mains tu caresses,
Avec allégresse mes cuisses,
Pour les faire fléchir de ton adresse,
Et me faire tomber dans ton précipice.

Tu devines et imagines,
De tes mains tu me déshabilles,
Avec ta bouche, tu dessines,
Des cercles, des effleurements si subtils

Et moi, dans tes yeux je m'enivre,
M'abandonnant dans tes caresses
J'embrasse ta peau qui brûle mes lèvres,
Griffe ton dos tel une Tigresse.

Et toi, comme le Scorpion de ton dard,
Tu piques,
Dans un cri d'extase, je revendique,
Ma soumission à ton venin nectar.

Nos corps s'enlacent et s'embrasent,
Dans la sueur de nos ébats diaboliques
Deux feux se domestiquent,
Dansent et s'entrelacent...

Oui, cette nuit sera la bonne...
Car les nuits Parisiennes ne sont pas si sereines.

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 15:46

Le Pantin libéré

 

Le Pantin libéré
-----------------------------------------------

Vous avez voulu me mouler,

M'enfermer dans cette bulle isolée.

Me détruisant à petit feu,

En m'infectant ce virus hideux.

 

J'ai joué sur le paraître,

Représentant un traitre

A mon âme en peine

Qui observait la scène.

 

Et toi l'Unique, je t'appelais,

Suppliant de m'aider

Souriant à mon désastre

D'un rire sadique,

Tu constates,

Ton œuvre diabolique.

 

Tu as fais de moi ce que tu voulais,

Le pantin tant aimé, tant désiré,

Qui vient de se briser

Dans les abîmes du Léthé.

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 16:54
Dans la quatrième dimension

Le dernier que j'avais fait pour le jeu Logorally. Pourquoi un tel titre, c'est quand me relisant aujourd'hui, je me demandais qu'est ce qui a bien pu m'arriver ce jour là pour écrire un truc pareil ^^'



"Une jeune fille dormait sur un arbre et rêvait...

Dans cette forêt où elle était, une guerre faisait rage, entre la maison des elfes et et des trolls...Les trolls, des tueurs, étaient devenus des kamikazes, prêts à tuer leurs proches pour pouvoir accéder au trône Royal des elfes...
Mais une géante pâquerette se mit à leur faire un discours sur le mot "aimer"...
Car elle ne voulait plus voir de champs de bataille envahis d'elfes et de trolls tués...
Car au moindre sang versé sur Dame Nature, elle en perdait chaque jour son éclat...
Alors si la nature n'était plus respectée, pourquoi elle ferait de même envers les gens qui y habitaient...
Alors les trolls et les elfes réfléchirent aux sages paroles de la pâquerette Géante et se mirent à danser et faire la fête pour que leur forêt redevienne ce qu'elle était...
Et pour l'histoire du trône me dira-t-on, où en est-il, c'est la pâquerette qu'il en a hérité...

Ainsi la jeune fille se réveilla et entendit les oiseaux chanter et une étrange mélodie parmi les branches de son arbre..."

Repost 0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 12:33
Les Noces Funèbres

Toujours pour le jeu Logorally. Et je viens de m'apercevoir que je devais utiliser à l'époque le mot "heure" que je trouve pas dans mon texte.


"Dans les journaux :

Une jeune fille se réveille d'un coma de 6 mois après un terrible accident, elle fut prise 6 mois plutôt dans un terrible réglement de comptes et un homme fut abattu...Cette histoire reste encore un mystère, les enquêteurs sont toujours à la recherche des meurtriers ou du meurtrier...
La fille était en robe de mariée et semblait être poursuivie selon les témoignages...
Nous attendons avec hâte sa version des faits pour éclaircir cette histoire...

7 mois plus tôt :

Du haut de ses 19 ans Ludivine marchait dans la rue sous la pluie, elle venait encore de fuguer de chez elle, son père le matin lui avait annoncé qu'elle devait se marier avec un membre d'une grande famille pour le bien-être de sa famille...Au fond d'elle, ce matin-là, elle avait senti une chose se briser en elle...
Elle l'avait lu dans ces soi-disant sondages que les mariages arrangés n'existaient plus...Que nenni, se disait-elle, il aurait dû poser ces questions à sa famille depuis des générations les mariages étaient arrangés pour le bien-être de la famille non juste pour les affaires familiales...
Elle continuait de marcher quand un jeune inconnu l'aborda et la voyant toute trempée lui demanda si elle voulait venir se sécher et se laver chez lui, vu l'état de ses vêtements...
Elle accepta de toute manière elle n'avait plus rien à perdre, sa vie était déjà gâchée...
Ce fut une nuit magique pour elle, non seulement le jeune homme était beau mais aussi il lui redonnait le sourire, elle qu'il ne souriait jamais...
Elle pouvait manger et boire ce qu'elle voulait, personne ne lui donnait d'ordre...
Et la voilà en train de rigoler et de boire du coca cola avec un inconnu...Quand à la porte on se mit à frapper et à rentrer sans ménagement, on la prit de force comme quoi elle devait rentrer à la maison et le jeune homme fut tabassé....
Pendant un mois, elle fut enfermée dans sa chambre avec interdiction de sortie, ni de parler à quelqu'un autre que les personnes de la maison...
Et ce fameux mariage maudit arriva, le jour de la cérémonie, elle avait peur, une peur qui vous prend les entrailles, on ne sait pourquoi....
Lors de la cérémonie on la voyait comme une fille qu'on amenait à l'abattoir tellement elle ne pouvait cacher sa peine...
A un moment, on la bouscula et on lui glissa dans les doigts un papier...Lorsqu'elle l'ouvrit son coeur ne fit qu'un bon....et là, rapide comme l'éclair, elle se mit a courir, à courir à en perdre haleine le plus rapidement possible, loin de ce lieu si maudit pour elle....
Et là, elle arriva au lieu de rendez- vous, et elle le vit lui son charmant inconnu et elle lui fit un grand sourire en courant vers lui...
Lorsqu'un coup de feu retentit, puis un deuxième, et la voilà qui tombe sur le pavé du trottoir et ce fut le trou noir...."
Repost 0

Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver