Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 15:48

 

Sorceleur - Le dernier voeu -  Andrzej Sapkowski

Année : 1993.

Auteur : Andrezej Sapkowski.

Editeur : Bragelonne.

Traducteur : Laurence Dyèvre.

Titre Original : Ostanie Zyczenie.

Genre : Fantasy.

 

 

Histoire

----------------------------------------------------

Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur  gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur. Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand cœur… et, au terme de sa quête, peut être réalisera-t-il son dernier vœu: retrouver son humanité perdue.

 

 

Extrait

----------------------------------------------------

Mon premier monstre, Iola, était chauve et avait des dents particulièrement laides, toutes gâtées. Je l'ai rencontré sur la grand-route, ou associé avec des monstres collègues, des soldats pillards, il avait arrêté une charrette de paysans et en avait fait descendre une fillette qui pouvait avoir treize ans, peut-être même moins. Ses copains retenaient le père de la fille pendant que le chauve lui arrachait sa robe en hurlant que l'heure était venue pour elle de savoir ce qu'était un homme. Je me suis rapproché, j'ai mis pied à terre et dit au chauve que pour lui aussi, l'heure d'apprendre ce qu'était un homme avait sonné. Je me trouvais très spirituel. Le chauve a lâché la gamine et s'est jeté sur moi avec une hache. Il était très lent, mais coriace. Il a fallu deux coups pour qu'il tombe. Les coups que je lui ai portés n'étaient pas spécialement nets, mais ils étaient je dirais, très spectaculaires, au point que les copains du chauve ont pris leurs jambes à leur cou quand ils ont vu ce qu'un glaive de sorceleur pouvait faire d'un homme...

 

 

Ma critique

---------------------------------------------------

 

Cela fait un bail que je n’avais pas posté sur mon blog ou ici. Je débarrasse un peu la poussière et autres… Allez, pour changer une critique sur un livre qui a été ensuite adapté pour faire la saga d’un jeu vidéo « Witcher ». Car de nos jours c’est plutôt le contraire, c’est le jeu vidéo qui fait plein de produits dérivés…

 

Je n’ai pas fait entièrement la saga des jeux vidéo « Witcher », j’ai fait le 3ème opus. Lors, de ma partie, l’univers de cette saga m’a fasciné par l’histoire, les personnages et le bestiaire… Du coup, je voulais absolument me plonger un peu plus dans cette univers, et il n’y avait que les livres.

 

Je n’ai pas été déçu. On plonge directement dans l’univers du « Sorceleur ». Pour aider certains on peut dire que nous sommes en pleine période du Moyen Age. Rajoutez les monstres, les contes de notre enfance très sombres, des personnages ni tout blancs, ni tout noirs, des femmes qui n’ont pas des conditions de vie idéale… Andrezej Sapkowski a beaucoup pioché dans l’univers de J.R.R Tolkien, mais pas que, car il mélange le folklore Polonais et Slave, et même, les contes de nos enfances mais de manière sombre. Certains reconnaitront lors de leurs lecture les références à « Blanche neige et les sept nains » mais aussi à « La Belle et la bête »

 

Ce qui me faisait un peu peur, c’est de savoir si une personne qui n’avait jamais touché aux jeux pouvait arriver à plonger dans l’univers du « Sorceleur » ? Car, si je vous dis « kikimorrhe », « Brouxe », « Noyeur », ça ne vous parle pas. Ceux qui ont fait les jeux, savent directement de quoi il s’agit : des monstres. Dans le livre, l’auteur réussi à nous faire des descriptions des monstres sans pour autant être pompeux. Attention, je ne dis pas que l’écriture est simpliste, au contraire, mais c’est un mélange subtil. Et on me dit dans l’oreillette que David Gemmell utilise le même procédé… Oui car bon, l’auteur ne va pas vous faire des pages et des pages de descriptions sur le paysage, sur un personnage, un monstre… Cela change énormément des autres livres que j’ai pu lire d’auteurs Russes et Polonais (En plus, ils ont la fâcheuse tendance à avoir la réputation de faire des livres dépressifs). Pour vous dire, dans le chapitre « Le dernier vœu », j’avais l’impression d’être dans une pièce de théâtre…

 

Pour en revenir au sujet de mon précédent paragraphe, qu’importe si vous avez fait les jeux ou pas, vous ne serez pas perdu. Au contraire, j’aurai tendance à dire qu’il vaut mieux avoir lu les livres avant d’attaquer les jeux. Car ici, on apprend véritablement pourquoi Géralt s’appelle « Le boucher de Blaviken ». Pourquoi aime-t-il autant la compagnie de Jaskier ? Son lien avec Yennefer ? L’auteur par le biais de flash-back nous explique cela… Et moi, c’est ce que j’attendais dans ce livre, des réponses…

 

Bref, j’ai adoré et dévoré le premier tome, et je ne compte pas m’arrêter là.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fauve - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Angelilie 13/02/2017 15:00

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. au plaisir

Fauve 14/02/2017 10:48

Merci beaucoup, c'est très gentil ;)

Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver