Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 08:30

[LIVRE] Le Matrimoine d'Hervé Bazin

 

Année : 1966.

Auteur : Hervé Bazin.

Editeur : Editions du Seuil.

Genre : Roman.

 

 

Histoire

----------------------------------------------------

Abel, jeune avocat, épouse Mariette et découvre la réalité du mariage du début des années 1960, bien loin de ce qu'il s'était imaginé. La famille de Mariette, envahissante ; la maternité de Mariette qui l'accapare toute entière et la façon dont elle élève leurs enfants ; les problèmes financiers et un travail stressant... Bref, Mariette devient plus mère qu'épouse et finalement impose son éducation à leur progéniture. C'est ainsi qu'évolue notre époque, comme le décrit Bazin, on passe du patrimoine au "matrimoine"...

 

 

Extrait

----------------------------------------------------

Nul n'y peut rien : un petit hominien, par définition, ça parle.

Dans le cri, déjà, s'est entraîné la glotte. Peu à peu, de derrière la luette naît la voyelle fondamentale : l'A (Indiscutable : l'A est bien la première lettre de l'alphabet ; le verbe avoir, déjà, bat le verbe être). Puis la mère, chatouillant le ventriloque, qui rit, qui bat des bras, lui soutire de vagues syllabes :

"A-reu, a-reu..."

Mariette n'y a pas manqué. Ah ! Ces séances de gratte-gésier ! Impatiente de s'entendre nommer, oubliant qu'il y a un temps pour tout, l'a-t-elle assez seriné, son marmot !

"C'est sa maman, ça, c'est sa maman..."

 

Deux mois de plus et elle l'a eu enfin, son Mamm-mamm, plus tardivement suivi du Papp-papp qui m'est dû. A ce stade le lexique s'enrichit chaque jour. Mais hélas! Le cuculien, la langue de lait, fait des ravages. On connait l'idiome, dont certains mots (bébé, pipi, bonbon...) sont passés en français majeur. Elevé par une mère intraitable sur le chapitre (c'est un des détails qui permettent de classer les familles), je pensais pouvoir m'en défendre. Mariette est bachelière. Mais la langue du lait est une sécrétion du cœur, qui va de pair avec celle du sein. J'ai vainement protesté :

"Tu ne peux pas lui parler comme à tout le monde ?"

Mariette répond à chaque fois :

"Tu ne peux pas te mettre à sa portée ?"

Résultat : si Nicolas s'égratigne, Mariette dit en cuculien :

"L'a bobo à sa mimine, mon coco ?"

Et moi :

"Tu as mal à la main ?"

Aucun rapport entre les deux dialectes. Bien sûr, c'est moi qui ne suit pas compris. Je suis dix fois moins présent ; et tous les Guimarch renchérissent. A l'usage des moins de cinq ans ils ne connaissent que bibi, caca, cucou, dada, didi, dodo, fanfan, joujou, lolo, meumeu, mimi, panpan, popo, quéquette, tata, tonton, toto, teufteuf, toutou, zentil, zoizeau... J'enrage. Avant d'apprendre à parler mon fils apprend à bégayer, à zozoter. Ainsi le veulent ces archidouces, rêvant inconsciemment d'un royaume de Layette où l'enfant jamais ne parlerait la langue des hommes.

 

Ma critique

---------------------------------------------------

Oulla au début j'avais du mal avec le style de l'auteur car il y a énormément de parenthèse dans le début du texte pour des réflexions personnelles. Ensuite, comment je me suis mise à sourire et à rire en lisant le livre, l'auteur arrive très bien à décrire les débuts de couple, j'avais peur au début de croire qu'il aimé pas sa femme, mais comme il le dit pour trouver les défauts de sa femme il y va à la loupe ! Et sa y va pas de main morte surtout les comparaisons qu'il utilise en feront rire plus d'un et d'une. Mais il n'est pas tout rose non plus cet Abel... Mais il montre très bien comment est représenter la vie de couple à cette époque, avant les années 60 c'était l'homme le chef, mais avec la libération de la femme lol les choses se change, sans pour autant que la femme soit marâtre... J'avoue que l'auteur sait très bien représenter les conflits qui peut avoir dans un couple, je me mis suis reconnu plus d'une fois dans ce livre, surtout dans les défauts. Mais sa permet aussi de cerner un peu les hommes quant d'une vie de célibat, ils passent en couple... Ensuite bien sur, les enfants arrivent et tout ce petit couple se laisse vite envahir et la on voit la chute du couple... Le peu de communication, la belle famille qui s'en mêle (Héritage, l'éducation...) qui d'ailleurs tout le long du livre je ne pouvais pas saquer tellement j'aurai mis tout cela dehors... Abel le dis lui même il est soumis... Mais il n'est pas rose non plus, j'ai eu du mal vers ce qu'il fait à la fin et qui ensuite s'excuse mais aux lecteurs en voyant ces erreurs... Bref, il m'a bien fait rire le livre ! Caricaturale par moment, mais bon je pense maintenant que notre société aurait tendance à dire que dans le couple ont a trouvé un équilibre d'entente et partager (alors que dans le livre ce n'est pas encore cela vu que c'est en 1960)... Nombre de fois que j'ai entendu des mères outré que leurs fils passent l'aspirateur chez leurs conjointes mais que chez elles, elles se plaignent parce que personne ne l'aide... Montre la différence entre leurs époques et la notre... Pour elles un homme s'occupe du jardin, la femme de la maison... Bref, tout couple si trouvera dans ce livre, ou ceux qui commencent la vie commune même si il faut mettre dans le contexte que cela se passe en 1960 et que depuis heureusement certaines choses ont changé !

 

8

Partager cet article

Repost 0
Published by Fauve - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Zazou-38 16/07/2010 17:35



J'aime pas trop les livres ou l'auteur met des parenthèses ou des annotations de bas de page (ça m'énerve assez vite et si en plus l'histoire est gnangnante j'ai vite fait de fermer le livre sans
le finir). Bonne soirée, bises 



Fauve 27/07/2010 14:36



Héhé je comprend aussi !


En tout cas merci bien ;)



Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver