Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 14:50

[LIVRE] L'étranger d'Albert Camus

 

Année : 1952.

Auteur : Albert Camus.

Editeur : Editions Gallimard.

Genre : Roman Philosophique.

 

 

Histoire

----------------------------------------------------

Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français...

 

 

Extrait

----------------------------------------------------

Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai répondu comme je l'avais déjà fait une fois, que cela ne signifiait rien mais que sans doute je ne l'aimais pas. "Pourquoi m'épouser alors ?" a-t-elle dit. Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs, c'était elle qui le demandait et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était une chose grave. J'ai répondu : "Non." Elle s'est tue un moment et elle m'a regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je serais attaché de la même façon. J'ai dit : "Naturellement." Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir sur ce point. Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre, qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut-être un jour je la dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se marier avec moi. J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait. Je lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m'a dit qu'elle aimerait connaître Paris. Je lui ai appris que j'y avais vécu dans un temps et elle m'a demandé comment c'était. Je lui ai dit : "C'est sale. Il y a des pigeons et des cours noires. Les gens ont la peau blanche."

 

 

Ma critique

---------------------------------------------------

J'ai eu carrément du mal avec l'histoire, oula, au début je lis et je me suis dis il est idiot le mec... Plus loin : Ah oui il est idiot, ce n'est pas possible... Pffff pathétique... Bref, le terme "Absurde" va très bien au livre, car même dans le procès ce n'ai plus lui qui est absurde mais la société en elle même ! Je n'ai jamais pu supporter les personnes qui reprochent aux autres que lors d'un enterrement certaines personnes ne pleurent pas... Bref, chacun est libre de ressentir sa peine différemment, et non pas être dans des sortes de "normes" de la société surtout pour ce genre de chose... Bref, cela se lis très rapidement mais j'avoue que j'ai eu carrément du mal avec le style mais aussi avec l'histoire, si c'est pour montrer l'absurdité de la société c'est réussi dans un sens mais personnellement j'y trouve pas mon compte... Par contre l'auteur a dis un jour : « J’ai résumé L’Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : “Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort.” Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société où il vit, où il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Et c’est pourquoi des lecteurs ont été tentés de le considérer comme une épave. On aura cependant une idée plus exacte du personnage, plus conforme en tout cas aux intentions de son auteur, si l’on se demande en quoi Meursault ne joue pas le jeu. La réponse est simple : il refuse de mentir. » Je suis bien d'accord mais je n'ai pas besoin de lire ce genre de livre personnellement peut être cas l'époque ils en avaient besoin...

 

5

Partager cet article

Repost 0
Published by Fauve - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Maitre Po, devin 18/07/2010 23:34



L'Etranger a cette particularité que tout le monde (sauf toi, bien sûr XD) en cite la première phrase (ce qu'on appelle l'incipit) :


Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.


 


C'est d'ailleurs le seul livre dont l'incipit est aussi connu. Mais j'en ignore totalement la raison.


 


C'était la minute pseudo-culturelle ;-Þ



Fauve 27/07/2010 14:34



lol Maître Po !



Aziliz 09/07/2010 12:22



J'avais bien aimé le bouquin. Comme tu les dis, ça se lit facilement et certainement réflexions sont complètement absurdes, mais j'ai apprécié le personnage.


Je ne peux pas en dire plus car ça fait plus d'un an que je l'ai lu et je ne me souviens plus de tout !!



Fauve 09/07/2010 14:42



C'est pour cela que je vais piocher dans mes critiques sur le forum, car la plupart du temps pour certains, je m'en souviens plus ;)


Merci en tout cas de ton passage miss ;)



Nyd Drakan 08/07/2010 16:16



C'est normal, on est toujours le seul à ne pas aimer les grands classiques :p


Kafka c'est déprimant et c'est pour ça qu'on aime ça ! (le Procès encore plus que la métamorphose, d'ailleurs) Fais appel à la catharsis et tout se passera bien :p Mais il faut avoir lu du Kafka !



Fauve 09/07/2010 01:06



Ah mais moi j'aime pas les livres déprimants, déjà qu'avec les auteurs Russes ont est servi lol !


Mais un jour je tenterai c'est sur, si il me tombe sous la main XD



Nyd Drakan 08/07/2010 16:07



Je crois qu'au contraire, l'étranger est encore plus essentiel aujourd'hui qu'à l'époque de Camus. Ce n'est pas l'histoire de quelqu'un qui est condamné à mort parce qu'il n'a pas pleuré à
l'enterrement de sa mère (il a tué un arabe), c'est l'histoire d'un personnage que la société a dénaturé à cause de son fonctionnement très déterminé. Aujourd'hui les effets de mode sont très
proches de cette idée ! Ça devient juste absurde de ressentir quoi que ce soit, parce que les sentiments sont eux-mêmes normés. Quant au style, il est essentiel aussi parce que sans lui on
verrait moins l'aspect dénaturé du personnage.


Enfin bref, de mon côté je lui aurais mis entre 8 et 10. (en fait, ce n'est pas un bouquin qu'on peut vraiment noter, d'autant plus qu'il est à la frontière avec la philosophie)


Je te recommande vivement de lire le Procès de Kafka ;)



Fauve 08/07/2010 16:14



Et merci d'une telle critique Nyd ! Kafka, j'hésiste vraiment j'ai un peu peur de son style très "triste" pour en avoir entendu parler. Et personnellement, c'est pas
trop le bouquin que je recherche à l'heure actuelle. Mais ta critique est interessante en tout cas ! Je sais que quand j'avais mis ma critique sur le forum, peu de personne comprenais mon
ressentie sur ce livre, je pense que j'ai pas la même vision que certains sur certaines choses ;)



Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver