Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 08:30

[LIVRE] Ceux qui ne dormaient pas de Jacqueline Mesnil Amar

 

Année : 1957.

Auteur : Jacqueline Mesnil-Amar.

Editeur :France Loisir avec l'autorisation des Editions Stock.

Genre :Journal 1944-1946.

 

 

Histoire

----------------------------------------------------

Jacquelirne Mesnil-Amar n'avait peut-être qu'un seul livre à écrire. Nous n'en saurons jamais rien. Mais réjouissons-nous que son seul livre soit celui-là. Parfois, un seul livre suffit à rendre un auteur inoubliable pour ses lecteurs.

Il s'ouvre sur la soirée du 18 juillet 1944. On se bat en Normandie, dans les maquis du Vercors et de la Haute-Vienne. Ca sent la fin mais ce n'est pas la fin. André Amar n'est pas rentré de la nuit. Il est membre de l'Armée juive. Arrêté, il a été déporté par le dernier convoi quittant la France pour les camps. Direction : Buchenwald.

Ce livre est donc la chronique quotidienne de la séparation d'un couple, zébrée de souvenirs des jours heureux : ceux des maisons de vacances à Venise, Deauville, ou dans la villa Soledad du Pyla, qui s'inscrivent en pointillés au milieu du récit des démarches que fait l'auteur auprès de ceux qui savent déjà et de ceux qui peuvent encore. Où est-il ? Que fait-il ? Comment survit-il ?

Trente-sept jour, plus tard, André réapparait devant Jacqueline qui ne savait rien. Avec une quinzaine d'autres, il s'est échappé du convoi à Morcourt, près de Saint-Quentin, malgré la garde SS.

 

 

Extrait

----------------------------------------------------

"Tous ces gens qu'on n'a pas sauvés m'empêchent de dormir."

(...)

"Je voudrais être un chien parce qu'on ne déporte pas un chien"

(...)

"Oui, nous avons vécu sans vraiment apprendre à vivre, en ces brèves années d'avant guerre, au sortir de nos études, juste avant le martèlement des premières bottes nazies, oui, nous avons accepté alors avec remords, avec ivresse, ce bonheur fragile et merveilleux ! Mais nous avons goûtés à des heures uniques, à des amitiés exquises, à la beauté, à la jeunesse... Oui, nous n'avions pas gagné nous-mêmes tout cela - en dépit de tout travail - et nous avions grandi sans trop les voir, dans la dureté, l'agressivité du monde des affaires, nous avons cueilli les fruits avant les fleurs, et souvent nous nous sommes trompés".

 

 

Ma critique

---------------------------------------------------

Elle n'a écrit qu'un seul livre : son journal. Mais il y a des livres qui resteront toujours en mémoire. La vie de Jacqueline bascule dans une angoisse oppressante quand son mari André est arrêté par la Gestapo, conduit à Drancy et déporté. Et la richesse de son journal, c'est qu'on ressent l'angoisse, l'attente, l'oppression car Jacqueline n'a pas de nouvelles de son mari. Trente-sept jours d'angoisse, à courir à gauche à droite dans les rues de Paris sous l'Occupation. Se cacher, marchander, penser aux souvenirs des jours heureux… Jusqu'à ce que Paris soit libre et qu'André, qui s'est échappé du dernier train, revienne. Face à une telle lecture, on ne peut pas rester insensible à cette femme, on ressent toutes les phases qu'elle traverse jusqu'à la moindre interrogation. Cela en donnait même une boule dans la gorge, tellement on ressent l'angoisse de cette femme à travers ces jours sombres. Mais dans son journal, elle ne parle pas non plus que de son mari, elle parle aussi des faits divers, des gens qu'elle rencontre, des résistants, c'est vraiment un témoignage des jours qui s'écoulent.

 

La seconde partie du livre est centrée sur des articles écrits dans "Bulletin du service central des déportés israélites" qu'elle écrivit après la guerre. Elle met le lecteur en position d'interrogateur, limite accusateur, à propos des méfaits de la guerre sur les enfants. Privés d'enfance, de jours heureux, les enfants sont devenus adultes trop tôt. En lisant les témoignages, on ne peut qu'avoir un cri de déchirement quand on voit l'innocence violée de ces enfants de la guerre. C'est extrêmement dur et poignant. C'est un livre qui fait aussi réfléchir sur les responsabilités, sur l'injustice face à de tels évènements et sur les conséquences de nos actes !

A lire absolument !

 

10

Partager cet article

Repost 0
Published by Fauve - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Luna 30/05/2012 11:49


Je n'avais encore jamais entendu parler de ce livre, mais ce que tu en dis me plait beaucoup : je note !

Fauve 30/05/2012 13:55



Je l'ai prété à une amie et j'attend aussi sa critique car il m'avait vraiment marqué ce bouqin ;) Donc je ne peux que te le conseiller ;)



Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver