Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 09:30

[LIVRE] Bloc 11 de Piero Degli Antoni

 

Année : 2010.

Auteur : Piero Degli Antoni.

Editeur : France Loisir avec l'autorisation des éditions de l'Archipel.

Traducteur : Caroline Roptin.

Titre Original : Blocco 11. Il bambino nazista.

Genre : Drame, Historique.

 

 

Histoire

----------------------------------------------------

1944, Auschwitz : le commandant du camp organise un jeu sadique et démoniaque avec dix déportés : il leur donne une nuit pour désigner lequel d’entre eux devra mourir le lendemain. Pourquoi ? Trois prisonniers se sont évadés, et ceux qui restent doivent payer. Quelle sera leur réponse face à cette cruauté poussée à l’extrême ?

 

 

Extrait

----------------------------------------------------

Par le hublot de l'avion incliné, l'homme au costume bleu aperçut au-dessous de lui l'aéroport Kennedy, dans les moindres détails. L'air était limpide et pur comme rarement à New York. Le moment de l'atterrissage approchait et plus il approchait, plus l'homme – la soixantaine, d'aspect encore jeune, grand, blond, dégarni, des yeux bleus petits et pénétrants – sentait croître son inquiétude. Il avait parcouru plus de huit mille kilomètres. Pourtant, il aurait préféré repartir sans toucher terre. Mais ce n'était pas possible. Il savait qu'il devait poursuivre et conclure ce qu'il avait commencé plus d'un an auparavant.

Il devait… Oui, c'était une résolution plus forte que sa volonté. Il devait. Il devait aller à New York et il devait sonner à cette porte. S'il se dérobait, il savait qu'il n'aurait plus le courage de revenir et ne se le pardonnerait jamais. Il devait résoudre ce problème, qui remontait à plus de cinquante ans. Sans quoi il ne trouverait pas la paix.

 Sa vie, un an plus tôt, avait été bouleversée par l'arrivée d'un paquet en provenance d'Allemagne. Jamais il n'aurait imaginé qu'un courrier à l'apparence aussi insignifiante pût provoquer un effet aussi violent. Un petit paquet – une boîte, à peine plus grande qu'un carton à chaussures – avait réussi à faire basculer son existence.

 Beaucoup diraient que ce n'était pas sa faute. Qu'il était innocent. Et pourtant, il se sentait responsable, comme quelqu'un qui assiste à un meurtre et n'agit pas pour l'empêcher. D'une manière ou d'une autre, il devait expier et pensait avoir trouvé le bon moyen de le faire. Ce n'était pas sa faute à lui… tout le monde le lui avait répété, en premier lieu sa femme. Il n'y était pour rien, il était innocent. Mais il sentait que c'était faux. Il était qui il était, grâce à son père et à sa mère, en bien et en mal. Il ne pouvait pas prétendre ne posséder qu'un bon côté et occulter le mauvais. Soit on accepte son héritage, actif et passif, soit on le refuse. Lui l'avait accepté, et cela comprenait ce fardeau qui pesait sur sa conscience depuis un an. Il était venu jusqu'ici, à New York, pour essayer de solder une dette vieille de cinquante ans. Il ignorait s'il y parviendrait, mais il l'espérait. L'avion se redressa et plongea vers la piste. Dans quelques minutes, il aurait atterri.

 

 

Ma critique

---------------------------------------------------

C'est une première pour l'auteur d'être publié en France. Journaliste Milanais, il maîtrise très bien le sujet tout en marchant sur des œufs. Car écrire une histoire sur le Bloc 11 Auschwitz ne doit pas être une mince affaire.

Ici, tout se passe en huis clos (enfin une grande partie de l'histoire), et une grande partie d'échec se joue grandeur nature. Sauf qu'au bout du compte, quelqu'un devra mourir.

 

C'est un livre qui se lit très vite, d'ailleurs impossible pour moi lors de la lecture de lâcher un chapitre en cours de route. Seul inconvénient, énormément de vocabulaire Allemand pour lequel un lexique à la fin du livre vous aidera. Sauf que j'ai horreur d'aller vers la fin d'un livre pour comprendre une phrase. J'ai toujours l'impression de perdre le fil de l'histoire alors qu'en italique en bas de page en petit, ça me suffit amplement.

 

Bon malgré cet inconvénient, c'est une histoire très émouvante (vu le contexte c'est sûr), les prisonniers malgré leurs différences, leurs conflits, leurs passés vont réussir à sortir quelque chose de bon d'eux, en une seule nuit. Et c'est en s'aidant mutuellement que "Le Pion deviendra un Roi". Les descriptions de l'auteur ne sont pas évidentes, remettons dans le contexte : durant la Seconde Guerre dans le pire camp de concentration. Nos personnages souffrent de la faim, du froid et des coups des SS et des Stubenältester. Plus on lit les descriptions, plus on a dans la tête les photos d'époque qui relatent le sujet. Et cela en donne la nausée... Et durant cette histoire, on pense à ce petit garçon, Félix qui cinquante ans après va essayer de réparer les méfaits de son père.

Une très belle histoire dans un contexte cruel. A lire absolument, une très bonne découverte.

9

Partager cet article

Repost 0
Published by Fauve - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver