Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 09:30

 

«Le rock, c'est un état d'esprit de résistance au conformisme, une attitude, un humour, une insolence.»

Antoine de Caunes

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

L'ESPRIT ROCK

 

Dans l'Amérique des années 50, la musique rock, dérivée du blues et de la musique country, popularisée par Elvis et Chuck Berry, incarne une certaine ''fureur de vivre'' d’une jeunesse désireuse de s’affranchir des conventions trop rigides d’une société puritaine. Cette nouvelle musique  évoque tant dans les paroles que dans le son électrifié, les thèmes de la liberté, de la rébellion, de la rage de vivre, voire de la violence, de la drogue, de la provocation, de la non-appartenance à la société de la génération précédente. Ces jeunes, en rupture avec la société, les convenances, les normes quelles qu’elles soient, rejettent le monde dans lequel vivent leur famille et les adultes en général comme appartenant au passé. Il n’en faut  pas moins pour inspirer une nouvelle génération d’auteurs, élevés au son des riffs et séduits par le parfum subversif de cet univers ''Sex, Drugs & Rock’n’roll'' !

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

COMMENT LE ROCK VIENT AU ROMAN ?

 

Rock et littérature ont toujours entretenu des liens se traduisant par une influence réciproque sous diverses formes. On peut citer par exemple le groupe The Doors qui a trouvé son nom en s'inspirant du roman d'Aldous Huxley The Doors of Perception dans lequel l'auteur évoque ses expériences des paradis artificiels. Le poète William Blake a inspiré Bob Dylan et Patti Smith. Certains ouvrages sont qualifiés de "rock" par leur atmosphère, leurs thèmes ou leur style. Ils  offrent des écritures électriques, jouant de l’oralité et de l’urgence, avec une liberté de ton, de forme et de fond. D'autres mettent directement en scène le milieu rock. Les écrivains font alors référence à des groupes de rock, réels ou de fiction, et mêlent des paroles de chansons à leurs histoires.

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

LES PIONNIERS

 

Le nouveau journalisme américain des années 60 a souvent été considéré comme ''rock'' avec ses chefs de file Tom Wolfe et Hunter Thompson.

Tom Wolfe relate dans The Electric Kool-Aid Acid Test la trajectoire déjantée et psychédélique d’un bus dirigé par un groupe de marginaux, les Merry Pranksters (les joyeux lurons) qui veulent rejoindre l'exposition universelle de New York en organisant au cours de leur périple des ''acids tests'', réunions prosélytes sur fond de trip musical et hallucinogène dû à la consommation de LSD. Dans cette épopée on rencontre notamment les Grateful Dead (groupe de rock californien), Allen Ginsberg et le leader spirituel des Merry Prankers, Ken Kesey, auteur de Vol au dessus d'un nid de coucou et Timothy Leary, militant de l'utilisation scientifique des drogues psychédéliques. Le bus est conduit par Neal Cassidy (le Dean Moriarty de Sur la route de Kerouac). Neal Cassidy assure le lien entre la génération ''Beat'' et la génération hippie en devenir.

Hunter Thompson, avec Las Vegas parano qualifié de ''roman-reportage rock électrique'', est à l'origine du ''journalisme gonzo'' (d'après le titre d'un hit de James Booker), méthode d'investigation journalistique caractérisée par l'ultra-subjectivité et par l'omniprésence narrative du journaliste qui devient en définitive le sujet central de l'article.

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

Les romans de la Beat Generation peuvent être aussi considérés comme des romans ''rock''.

Jack Kerouaca inspiré de nombreux écrivains et musiciens, comme Bob Dylan et,  bien qu'il s'en défendît, a influencé la  naissance du mouvement beatnik. Son roman Sur la route considéré comme le manifeste de la Beat Generation, reflète cette volonté de rejeter les valeurs traditionnelles des années 50, de se libérer des conventions sociales étouffantes de son époque et de donner un sens à son existence. Un sens qu'il a cherché dans des drogues comme la marijuana et la benzédrine, dans l'alcool, dans la spiritualité (notamment le bouddhisme), et dans une frénésie de voyages.

William S.Burroughs a donné le titre d’un de ses livres à un groupe de rock expérimental, Soft machine. Sa technique du cut-up (technique qui consiste à  découper un texte au hasard puis à le réarranger pour produire un texte nouveau) reste une référence pour   bon nombre de musiciens de la scène techno et rap, lorsqu'ils manipulent les sons et les samples.

Allen Ginsbergcomplète le trio de la Beat Generation dont il fut la figure médiatique scandaleuse et l'archiviste méticuleux. Le gourou des sixties fut un un poète de premier plan et offrit avec son ouvrage Howl son plus célèbre bréviaire au ''Flower Power''.

Charles Bukowski avec son style rugueux et gouailleur d'écrivain alcoolique peut être lui aussi rattaché à un univers trash, et rock.

Le roman d'Hubert Selby Last exit to Brooklyn a marqué les franges les plus marginales de la scène rock américaine. Son ambiance violente et glauque se retrouve dans des chansons de groupes comme le Velvet Underground. Le roman que Selby a écrit comme un morceau musical, se voulait la musique de Brooklyn, l'expression littéraire d'influences musicales diverses, du parler et de l'atmosphère sonore locale.

Rudolph Wurlitzer a publié dans les années 70 trois romans originaux , histoires de drogue, de drague et de déviance : Nug, Plans, Tremblements de terre.

Thomas Pynchonpeut être considéré comme écrivain rock pour son écriture musicale et urgente, avec laquelle il  fait référence à des groupes cultes ou confidentiels comme Little Charlie and the Nightcats. Dans Vineland, il évoque la fondation de la république populaire du Rock and Roll en Californie durant les sixties, dont la bande son va de In-A-Gadda-da-Vidda des Iron Butterfly à Purple Haze de Jimmy Hendrix. Dans son dernier roman Vice caché, polar psychedélique situé dans le Los Angeles des années 70, une kyrielle de personnages déambulent au son des Beach Boys ou des Rolling Stones.

Anthony Burgess a mis en scène dans son livre Orange mécanique, un univers où se mêlent sexe et violence dans un monde futuriste où les protagonistes parlent le ''natsat'', un argot qu'il a lui même inventé.

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

LES HERITIERS

 

Les écrivains "baby-boomers" ont su s'inspirer de leurs aînés et mettre en scène le milieu rock, les gloires et déchéances des rock stars, l’industrie musicale de façon générale. La musique est omniprésente dans leurs pages.

Les nouveaux romanciers américains comme Breat Easton Ellis et Jay McInnerney illustrent bien le destin d'un certain rock assimilé à une pure marchandise éphémère, le rock comme signe majeur d'intégration sociale, d'appartenance à une caste privilégiée.

Dans Moins que zéro, Bret Easton Ellis  mêle habilement à l'intrigue les paroles des titres à la mode qui font écho aux  états d'âme de ses personnages. Le héros d'American psycho, un serial killer  s'improvise rock-critique lors de longs chapitres consacrés à la musique des années 80.

Jay McInnerney s'est fait connaître dans les années 80 avec Bright lights, Big city (Journal d'un oiseau de nuit), chronique noctambule de la jeunesse dorée de New-York ponctuée d'excès, de fric, de sexe et de coke.

De même le recueil de nouvelles de Denis Johnson, Jesus son tire son titre de la chanson Heroin de Lou Reed et en a toute la violence autodestructrice.

Dans son deuxième roman à succès Le livre de Joe, Jonathan Tropper, récent auteur de la nouvelle génération littéraire américaine, superpose avec fluidité, sur un principe de flash-back, la passion qu'éprouve l'un de ses personnages pour Bruce Springsteen, aux différentes épreuves qu'il traverse.

En Grande-Bretagne il faut citer Dwarves of Death (Les Nains de la mort) de Jonathan Coe, dans lequel ce dernier fait le portrait de musiciens ratés dans le Londres des années 1980.

The Sopranosd’Alan Warner narre sur le mode picaresque les malheurs d'un groupe de chanteuses écossaises.

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

Irvine Welsh, lui-même ex-chanteur punk et critique nous emmène dans l'univers trash de son roman Trainspotting.

Hanif Kureishi, auteur anglo-pakistanais dont le dernier roman, Quelque chose à te dire, a pour fond sonore les compositions de Bob Dylan et Miles Davis, montre des individus en rupture pour qui la ''non-appartenance'' tient lieu d'étendard..

Nick Hornbymet en scène,  dans Haute fidélité,  Rob Fleming, sémillant disquaire trentenaire de Londres, fan "adulescent" de pop-rock,  s’étripant avec deux acolytes sur des questions aussi cruciales que les cinq meilleures faces A de tous les temps (le charme vintage de la cassette en prime), hésitant entre The Clash et Marvin Gaye, ou rêvant que sa vie ressemble à une chanson de Bruce Springsteen.

Ian Rankin a appartenu pendant six mois à un groupe punk éphémère, The Dancing Pigs. Il introduit parfois le nom de ce groupe dans ses romans. Dans son roman Black and Blue, le groupe donne un concert à Aberdeen en faveur de Greenpeace. La musique est régulièrement présente dans ses livres. Ses goûts musicaux se retrouvent chez son personnage principal, John Rebus, ainsi que dans le choix de ses titres de roman. dont certains d'entre eux font référence à des titres d'album ou à des morceaux de groupes musicaux : Let it bleed, Black and Blue, Beggars Banquet, albums des Rolling Stones, The Hanging Garden du groupe The Cure ou Exit Music du groupe Radiohead.

En France, Boris Vian peut être considéré comme le pionnier de la littérature rock. En 1956, Michel Legrand revient d'une tournée aux États-Unis et rapporte dans ses bagages quelques disques de rock'n roll, genre qui commence à faire fureur outre-Atlantique avec Elvis Presley. Ce nouveau rythme va faire deux nouveaux adeptes : Henri Salvador et Boris Vian. En une après-midi, nos trois compères écrivent et composent les quatre premiers rock'n and roll français : Rock and Roll-mops, Dis moi qu'tu m'aimes rock, Rock-Hocquet et Va t'faire cuire un oeuf, man ! qu'Henri Salvador enregistrera sous le nom de Henry Cording. Par la suite Boris Vian saura recréer dans ses romans l'atmosphère d'une jeunesse en révolte contre le monde formaté des adultes.

 

 [HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

 

 

Dans les années 60 et 70, nivelant les clivages entre culture noble et culture populaire, le polar et la science-fiction deviennent des genres à part entière. Les journalistes et écrivains introduisent les thèmes de la révolte et de la désillusion dans les œuvres destinées au grand public, balayant les genres jusque-là établis et ouvrent la porte à un autre discours plus quotidien. Le polar avec sa forme et ses codes devient politique dans un premier temps (Daeninckx, Manchette, Vilar, Demouzon, Fajardie) même s'ils n'ont pas encore vraiment intégré le rock comme donnée culturelle. Le Petit Bleu de la Côte Ouest de Jean-Patrick Manchette a pour bande-son, le jazz west coast des 50’s et dans Mardi-Gris, Hervé Prudon fait la sociologie des lieux de vie et des boîtes du Paris des années 70.

Il faut attendre les années 1980 pour voir apparaître un polar rock hexagonal. Michel Embareck, collaborateur de Best et de France Inter, spécialiste du rock, trace dans son roman Sur la ligne blanche, le portrait d’une star du show-biz. C’est l’occasion d’une plongée dans tous les lieux du rock, du plus sombre au plus flashy. L’auteur truffe le récit de titres de morceaux, de noms de groupes. Un autre rock critique, José-Louis Bocquet reprendra ce titre pour parler d’une histoire de drogue et du milieu de la  pop des années 80.

Depuis les années 80, Philippe Djian (37.2 le matin) , Vincent Ravalec (Un pur moment de rock’n roll), Michel Houellebecq ou Maurice G. Dantec sont couramment assimilés à la littérature rock en raison de leur univers de marginaux : drogués en manque, anti-héros en rupture, abonnés aux ratages, plans galères et autre misère sexuelle, langage réaliste et cru, tragi-comique.

 

[HISTOIRE ET PATRIMOINE] Rock et Littérature (1ère partie)

    Sources

Magazine littéraire n°404, déc 2001 : Les écrivains rock (RP 105)

http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=42 et divers sites

http://www.actualitte.com/actualite/5659-dictionnaire-litterature-rock-denis-Roulleau.htm

 

Synthèse réalisée par Gérard Le Gal - BU LSHS Nantes - 10/03/2011.

 

Ma critique

----------------------------------------------------

C'est une exposition qui est actuellement dans la Bibliothèque Universitaire de Lettres de Nantes. Si j'ai pu faire cet article c'est grâce à la synthèse que Gérard Le Gal m'a donné... Cette exposition est présente jusqu'à fin mars... Aller y faire un tour, c'est une mine d'information... Et ce n'est pas encore finit...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 25/03/2011 11:57



J'adore la toute première image :)


Merci d'être passée !



Fauve 25/03/2011 13:47



J'adore aussi ^^


De rien pour le passage ;)


D'ailleurs il faut que je te link toi aussi ^^


Je remets mes liens à jours actuellement ;)



Luna 21/03/2011 15:53



OMG !


Qu'est ce que je ne donnerais pas pour voir ça ?!


 


Merci d'être passée :)



Fauve 21/03/2011 22:01



De rien ! Merci aussi à toi de passer ;)



rames 20/03/2011 06:05



Rock & Roll quoi ! :D



Fauve 21/03/2011 22:02



Yeahhhh !



Grôchat 17/03/2011 15:34



Ouéééhh... Y'a toutes mes idoles dans le reportage! Ca veut dire que je suis Rock'n'Roll? Le souçi, c'est qu'ils se trouvent dans les pionniers... Ca veut dire que je suis "Has-been"? MOOOOOH!


... mais j'confirme : Djian, c'est bien Rock'n'Roll! Hu,hu,hu...^^


Merci du reportage : J'ai pris des notes sur les noms inconnus pour voir ce que çà peut donner!



Fauve 17/03/2011 16:05



MOOOOO ! NonméMO !


T'es juste vieux XD


Plus sérieusement, tu verras demain il y a d'autres références qui sont top ^^


Je m'en doutais que tu allés trouvé ton bonheur en tout cas dans l'article ;)



mamazerty 17/03/2011 12:44



c'est vraiment intéressant ce que tu nous livres là....jamais fait le rapprochement entre le rock et la littérature sauf en ce qui concerne Brett Easton Ellis (merci Fiston pour cette incursion
dans une littérature que je n'aurais pas découverte sans lui^^)



Fauve 17/03/2011 13:19



Je suis contente que l'article plait autant !


En faite j'ai pas lu beaucoup des livres sités dans l'article même celui qui paraitra demain, mais par contre j'ai vu beaucoup de films adaptés de ces livres
^^



Le Territoire de Fauve

Il y a actuellement



Visites totales :

 

 

 

 

Fauve - Photographie - Flickriver